//
article
Jeu vidéo et scénario, Technique vidéoludique

The Witcher 2 : analyse du scénario (acte II – Flotsam)

Voici le second article de ma série sur la structure et les nœuds dramatiques du jeu de CD Projekt. Il comprend la partie de l’histoire située à Flotsam. Bonne lecture !

Attention, l’article contient des SPOILERS et sera mieux apprécié après avoir joué au jeu.

ACTE II – Flotsam

Remarques préalables

Selon la structure traditionnelle, l’acte II d’une histoire débute à la suite de l’incident déclencheur et s’étend jusqu’à la résolution (ou climax), qui est la confrontation finale du héros avec la force antagoniste (celle-ci n’est pas forcément une personne d’ailleurs, mais dans un jeu c’est souvent le cas, de manière à fournir un combat final). Dans The Witcher 2, la zone de Flotsam est dénommée acte I mais représente en réalité le début de l’acte II. Bon, on s’en fout un peu, mais c’est pour resituer.

Flotsam

Charmante bourgade

Différents nœuds et types d’événements-clé se retrouvent souvent entre l’élément déclencheur et le climax final ; je ne vais pas les énumérer, mais sachez que je me base en partie sur les travaux de Lavandier et de Truby (et d’autres) pour réaliser cette série d’articles. Je vous conseille de lire les écrits de ces deux scénaristes : ils sont très complémentaires (et jamais d’accord). Ces événements et nœuds sont intéressants à repérer car même si on ne les retrouve pas toujours tous (et pas toujours dans le même ordre), ils constituent souvent le corps du second acte d’une histoire. Or, ce second acte est le plus difficile à rédiger, car il est le plus malléable, le plus variable dans sa constitution, au contraire des acte I et III, souvent plus rigides et faciles à « remplir ».

Troisième observation : le héros poursuit dans le jeu, comme dans la plupart des histoires, une suite de sous-objectifs, qui succèdent souvent à un tournant de l’histoire : le héros apprend une information ou un élément déclencheur local survient. Conséquence : notre protagoniste redéfinit ses priorités. Le PREMIER SOUS-OBJECTIF (on parle aussi d’objectif local) consiste à fuir le donjon de la Valette et rejoindre un bateau. Ensuite, puisque Roche a obtenu des informations : direction Flotsam. Dans la bourgade fluviale, Geralt endosse son second SOUS-OBJECTIF, qui est de parvenir à approcher Iorveth et l’interroger sur l’assassin de rois. La plupart des sous-objectifs du jeu comprennent des SOUS-SOUS-OBJECTIFS permettant d’atteindre le sous-objectif. Tuer le Keyran par exemple. Et pour ce faire, quelques étapes sont nécessaires… bref, vous avez compris : il s’agit d’une structure en fractale.

Enfin, n’oubliez pas que les choix du joueur influencent le déroulement de la partie. Mais même si vous n’ayez pas vécu exactement la même histoire que moi à Flotsam, je m’attache aux point importants, aussi devriez-vous vous y retrouver.

Objectif principal et sous-objectifs de Flotsam, plan du héros, enjeu

Le premier passage significatif de cet acte est l’endossement par le héros de son OBJECTIF PRINCIPAL. Geralt, en prison, décide de retrouver le tueur de rois et, dans la foulée, de prouver son innocence. Le sorceleur RÉAGIT avec sa tête (le seul moyen de se laver de tous soupçons est de poursuivre le tueur) et son cœur (retrouver le sorceleur tueur pourrait lui faire retrouver la mémoire).

Son PLAN général est d’investiguer auprès des Scoia’tael de Iorveth. L’ENJEU est la réputation, la liberté et la vie de Geralt.

Point de pression

Iorveth tente de tuer le héros et s'affiche avec l'antagoniste

Iorveth tente de tuer le héros et s’affiche avec l’antagoniste

Une fois arrivé à Flotsam, le joueur expérimente un premier POINT DE PRESSION. Ce type de nœud montre la force antagoniste en action, de manière simple et directe. On rappelle sa nature, son engagement, ses implications, ses conséquences si elle prend le dessus. Cela peut être une contre-attaque de l’adversaire face au plan du héros. Dans le cas du jeu, c’est l’attaque de Iorveth et ses hommes à l’encontre de Geralt, Triss et Roche. On rappelle que Iorveth est le chef des Scoia’tael, qu’il est prêt à tuer pour sa cause, qu’il est l’ennemi de Roche et, indirectement, de Geralt car il s’est allié à l’assassin de rois. La tension monte. Je trouve ce genre de nœuds très efficaces.

Rencontre avec les alliés

Ensuite, moment de « relâchement » à Flotsam. Geralt retrouve ses amis, le nain et le barde. Il les sauve de la pendaison et tous vont boire un coup à la taverne du coin. C’est la RENCONTRE AVEC DES ALLIÉS. Ce nœud survient assez tôt pour deux raisons : 1) Les alliés du héros sont souvent des personnages importants et, en tant que tels, il est préférable de les introduire rapidement et 2) Les alliés sont par définition utiles au héros, comme le démontre Zoltan dans cette partie du jeu (il mène Geralt à Iorveth). Ils l’aident à réaliser son plan.

Notre héros rencontre aussi Sheala de Tancarville, qui l’aide à tuer le monstrueux Keyran, mais son statut d’alliée n’est pas clairement défini, car elle l’aide uniquement à atteindre un sous-sous-objectif. De plus, par la même occasion, elle l’utilise à ses propres fins.

Obstacles d’origine externe ou interne

Charmante bestiole

Charmante bestiole

Les OBSTACLES rencontrés sont nombreux, en fonction des péripéties. Je ne vais pas les énumérer, ce serait fastidieux. Je rappelle que le sous-objectif lié à Flotsam est d’interroger Iorveth et, par son entremise, de mettre la main sur Letho. C’est Zoltan le nain qui est le catalyseur de la rencontre avec Iorveth. Cependant, le joueur se voit imposé un sous-objectif qui est de tuer le Keyran. Rien n’empêcherait pourtant Zoltan d’aider Geralt dès le début de l’acte. Alors, défaut de l’histoire ou pas ? La réponse est non. Les scénaristes, habilement, rappellent fréquemment que la raison d’être des sorceleurs est de chasser les monstres (pour l’argent ou protéger les humains). Geralt décide donc de postposer la réussite de son objectif actuel (Iorveth) parce qu’il est un sorceleur. Il constitue son propre obstacle, ou plutôt le Keyran constitue un obstacle externe d’origine interne. Il se peut (j’ai un trou de mémoire, là) que ce soit Loredo, le leader de Flotsam, qui impose cette quête à Geralt en échange de la vie de Zoltan et du ménestrel. Même si c’est le cas, cela reste un obstacle externe d’origine interne, car Loredo attaque l’amitié de Geralt pour les deux personnages en péril.

Un exemple d’obstacle d’origine externe est, par exemple, le fait que Letho tente de se débarrasser de Geralt (lors du combat dans les ruines elfiques).

Aide des alliés

L’AIDE D’UN ALLIÉ se manifeste quand Zoltan le nain aide Geralt à entrer en contact avec Iorveth, ou encore quand Triss aide Geralt à comprendre l’affection du Keyran ou l’accompagne cueillir une rose du souvenir afin de l’aider à recouvrer la mémoire.

Échec (temporaire) de l’objectif

Letho 1 - Geralt 0... une raison de plus de vouloir lui mettre sur la tronche plus tard

Letho 1 – Geralt 0… une raison de plus de vouloir lui mettre sur la tronche plus tard

Comme souvent dans les histoires, et surtout dans le jeu vidéo où l’action doit se prolonger et les sous-objectifs se succéder, le héros tente une première action mais échoue. Geralt espérait coincer Letho et Iorveth à Flotsam, mais au final il comprend que Iorveth n’est pas si mauvais, et Letho s’enfuit en emportant Triss avec lui. Geralt, par cet échec, apprend toutefois à connaître son adversaire : il se bat contre lui, découvre ses méthodes peu reluisantes, et surtout apprend qu’ils se sont connus par le passé.

Augmentation des enjeux

Triss est enlevée. Geralt n’est pas content. Le joueur non plus.

Jusqu’à présent, les enjeux pour Geralt consistaient à préserver sa vie et sa liberté, voire son honneur. Les enjeux d’une histoire peuvent évoluer au cours du second acte. Dans ce cas, bien entendu, un bon scénariste s’attachera à AUGMENTER LES ENJEUX. Et que se passe-t-il à la fin de la zone de Flotsam ? Je vous le donne en mille : la belle Triss, l’aimée de Geralt, est enlevée.

Le coup de la princesse à sauver est un peu classique, on l’a vu mille fois (ce n’est pas Mario qui me contredira). Mais ce n’est pas grave parce que cet enjeu nous a bien été présenté dans l’acte I. Triss est enlevée. Geralt n’est pas content. Le joueur non plus. La relation Triss-Geralt n’est donc pas plantée de manière générique dans l’histoire. On oublie le cliché grâce à l’aspect spécifique de cette relation (notamment le fait que Triss ait supplanté Yennefer, sa meilleure amie). On pourrait objecter que la vie de Triss est un enjeu plus faible que celle du héros. Certainement. Sauf que Geralt est toujours en péril et accusé du crime de Foltest. Les enjeux s’accumulent et l’enjeu total est donc supérieur à ce qu’il était au début de l’acte II.

Embranchement et nœuds possibles

Autre point, le choix final de la zone de Flotsam (choisir entre aider Iorveth ou Vernon), provoque un embranchement de l’histoire tel que rarement vu dans un jeu vidéo. Selon le choix, on part dans 2 zones différentes du jeu pour l’acte suivant (acte 2 du jeu). Du point de vue du scénario, cette scission entraîne deux possibilités de nœuds narratifs. Si l’on suit Iorveth, on admet qu’il n’était en réalité pas notre ennemi, mais un FAUX ADVERSAIRE. On a un nouvel ALLIÉ. Si l’on suit Vernon, Iroveth conserve son statut d’ADVERSAIRE (adversaire secondaire, car le vrai ANTAGONISTE est Letho, le sorceleur).

En résumé, l’acte II à Flotsam de The Witcher 2, c’est :

  • L’endossement de l’objectif principal : Geralt doit retrouver et exposer le vrai tueur de rois ;
  • L’exposition du plan du héros :investiguer auprès des Scoia’tael de Iorveth à Flotsam ;
  • Un enjeu : la réputation, la liberté et la vie de Geralt ;
  • Un premier point de pression : l’attaque de Iorveth et ses hommes à l’encontre de Geralt, Triss et Roche ;
  • La rencontre avec des alliés : Zoltan et le barde et, du moins localement, Sheala de Tancarville ;
  • Des obstacles d’origine externe (Letho, Iorveth…) ou interne (tuer le Keyran, les nekkers, les endriagues…);
  • L’aide d’un allié : Zoltan aide Geralt à entrer en contact avec Iorveth ;
  • L’échec temporaire à atteindre l’objectif : Letho s’enfuit en emportant Triss avec lui ;
  • L’augmentation des enjeux : la belle Triss, l’aimée de Geralt, est enlevée ;
  • Un embranchement qui entraîne des nœuds différents :  Iorveth devient un allié ou reste un adversaire.

Voilà pour Flotsam. Mon avis est que cette première zone est bien menée. La narration est dense et cohérente. Regardez tout ce qui est déjà mis en place dans la liste ci-dessus, en quelques heures de jeu seulement (et avec pas mal de quêtes annexes qui n’ont pas d’importance réelle pour le scénario).

N’hésitez pas à partager vos remarques. Cet article sera adapté en fonction de vos apports. Je pourrais aussi y revenir au fur et à mesure de mon avancée dans le jeu, car je ne connais pas encore l’histoire jusqu’à sa conclusion, et certains points mériteront peut-être que je revienne ici en prendre compte.

Le prochain article de la série ne sera publié que dans plusieurs semaines, quand j’en aurai fini avec Vergen et ses têtes de mules d’habitants.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :