//
article
Jeu vidéo et scénario, Littérature, Technique littéraire, Technique vidéoludique

Les rouages de la créativité

Creativity intention plateSur le net, les billets traitant de la créativité sont légion et pourtant, après avoir regardé une vidéo en anglais (elle n’est malheureusement plus disponible sur Internet), j’ai eu envie de résumer les idées exprimées par John Cleese sur ce thème. Parmi les autres articles sur le sujet qui parsèment le web, certains proposent des listes de conseils assez imposantes. Cleese, lui, parle de l’essence de la créativité sans entrer dans les détails. Or, la créativité n’est pas un carcan, justement, mais une libération de l’esprit. C’est pourquoi son discours m’a particulièrement plu.

La créativité, un mode de jeu

La créativité s’explique difficilement. On peut cependant exposer certains principes qui la favorisent. Je précise que, selon Cleese, elle n’est pas un talent mais une façon de procéder. Elle n’est pas liée au niveau d’intelligence ; tout le monde peut se montrer créatif.

Cette façon de procéder, en résumé, c’est le jeu. Comme celui-ci est exempt de toute notion de pragmatisme, d’objectifs imposés, de résultat, il favorise la créativité. En fait, cette dernière est une condition du jeu : « Et si ? », « Pourquoi pas ? », « Imaginons que… »

Le mode de pensée ouvert et le mode fermé

Considérons un instant notre esprit, notre pensée. Cleese avance que l’on peut dissocier deux modes de fonctionnement de notre cerveau conscient : les modes « fermé » et « ouvert ». La créativité s’exprime dans le second. Le premier correspond à notre moyen de fonctionner quand nous sommes actifs dans notre environnement quotidien. Nous sommes probablement sous tension, accaparés par des tâches, des objectifs, et ne pensons pas de façon légère ni avec beaucoup d’humour. Au contraire, en mode ouvert, nous sommes relâchés, moins concentrés, contemplatifs, curieux, enclins à l’humour et au jeu. Rien ne nous presse à réaliser des tâches. Nous nous permettons d’être créatifs.

Application à la réflexion scénaristique

Lorsque l’on réfléchit à un problème scénaristique, rester en mode ouvert est souhaitable. Mais une fois l’idée découverte et choisie, il faut la mettre en œuvre en mode fermé, car il s’agit à ce moment de se montrer volontaire, de chasser le doute et l’expérimentation. Ensuite, pour évaluer le résultat mis en forme, on revient en mode ouvert. Et ainsi de suite pour les corrections.

Le problème, c’est qu’il est facile de se trouver bloqué dans le mode fermé, qui nous est habituel. Cinq conditions nous permettent de favoriser le passage en mode ouvert.

Les 5 conditions à la créativité

Pour passer en mode ouvert, il faut :

  1. un espace dédié : se préparer un lieu paisible, isolé des distractions ;
  2. une période dédiée : se ménager une plage de temps d’une longueur suffisante, durant laquelle on ne sera pas dérangé. Petite remarque : vous avez vu comme il est plus facile de se mettre à faire des choses triviales urgentes que des choses importantes moins urgentes ? Et comme il est plus facile de se lancer dans de petites choses que nous savons faire plutôt que des choses importantes que nous ne sommes pas sûrs de réaliser ? (note : vous le constatez peut-être dans votre cadre professionnel). Pour réaliser ces choses difficiles, il faut prendre son temps. C’est plus facile quand on a bloqué un horaire ;
  3. une période prolongée : pour réaliser les choses difficiles, il faut prendre son temps. Cleese se répète, mais il apporte une nuance importante : le but est de laisser affluer les premières idées, peu créatives (en mode fermé), sans succomber à l’anxiété de trouver une solution rapide. Après un certain temps (30 minutes environ), on peut rentrer en mode ouvert. La durée de la session durera 1h30 par exemple, afin de bien profiter du mode ouvert une fois atteint. Ensuite on peut avoir besoin d’une pause. Mieux vaut scinder le travail en 2 fois une heure trente que s’épuiser en une longue session de 3 heures. Trouver une idée vraiment créative prend du temps. Or, les premières idées le sont rarement. Jouer avec le problème longtemps, ignorer l’anxiété, la peur de ne pas trouver, cette agitation interne qui nous pousse à prendre la première idée venue. C’est trop facile. Il faut continuer à jouer avec les idées jusqu’à la bonne, celle qui est originale. Retarder au maximum le moment de choisir la bonne solution. Ensuite, choisir l’idée et s’y tenir.
  4. de la confiance : Il faut éviter de craindre l’échec. La créativité, c’est du jeu. Le jeu exclut la crainte des conséquences. Quand on joue, on cherche justement à explorer les conséquences de nos essais. Il ne faut pas raisonner. Ne pas hésiter à avoir des idées bêtes, absurdes. Elles peuvent mener à une bonne idée.
  5. de l’humour : ne pas prendre au sérieux son travail à ce moment de la réflexion. Un état d’esprit léger, spontané, joueur, amène au mode ouvert. Que le sujet traité soit sérieux n’a pas d’importance.

Tout cela étant réuni, l’esprit vagabonde autour du sujet traité, rêvasse, et soudain une idée vient. Mais il faut prendre le temps d’abord.

Le processus de la créativité

La créativité provient de la connexion entre deux idées, connexion qui produit un sens nouveau. L’un des moyens d’y parvenir est, lors de la « rêverie » précitée, de juxtaposer des idées « au hasard » et d’utiliser son intuition pour déterminer si cela crée un sens nouveau qui est intéressant. Un outil intéressant est de juxtaposer des idées de manière absurde, de manière à faire apparaître un « intermédiaire impossible » qui mène à une autre idée qui elle sera juste.

Application au jeu vidéo

En jeu, les choix se font en mode ouvert. Au débriefing, notre esprit habitué au mode fermé n'est pas laissé pour compte.

The Walking Dead. Les choix s’y jouent en mode ouvert. Au débriefing, notre cerveau friand de mode fermé obtient une petite récompense (note : ce ne sont pas mes choix)

En rédigeant cet article, j’ai réalisé  que les modes ouvert et fermé s’appliquent aussi à la pratique d’un jeu vidéo. Combien de fois ai-je échoué à tirer la substantifique moelle d’un RPG à cause de mon envie d’avancer rapidement, de résoudre les quêtes en minimisant mes déplacements, d’optimiser mon personnage et mon matériel, de ne pas « rater » une conversation » avec un PNJ, même si pour ça je devais la reprendre au départ plusieurs fois ? Tension, tâches et objectifs qui monopolisent la pensée, peur d’échouer, rationalisation… cela ne vous rappelle pas le mode fermé ?

Cela me fait d’ailleurs penser au jeu The Walking Dead, de Telltale Games, qui m’a forcé à jouer en mode ouvert. Les conversations y sont rapides, empêchent de trop réfléchir (grâce au timer intégré au choix des réponses). Les choix doivent s’assumer, il n’est pas question « d’optimiser ». Les tâches s’intègrent dans l’histoire. On vit le jeu, on le joue comme un enfant le ferait. J’essaye autant que possible, pour les jeux qui s’y prêtent, de me laisser aller au mode ouvert.

Rappelez-vous, quand on joue, rien n’est faux ni idiot.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Les rouages de la créativité

  1. Intéressant comme article, c’est marrant de prendre conscience du fait que je suis quelqu’un qui reste trop en mode ouvert donc qui trouve pleins d’idées mais qui a du mal à concrétiser par la suite (écrire la nouvelle). Je pense à faire une passerelle vers ton article depuis mon blog si ça ne te dérange pas ^^

    Publié par maxencedegrendel | 03/06/2013, 07:30
    • Merci de ton commentaire, Maxence. Et pas de problème pour le lien vers l’article, bien entendu ! ^^ J’ai un nouvel article en préparation depuis quelques semaines, mais étant fort pris par un projet, je repousse sans arrêt. J’espère le placer d’ici une semaine ou deux.

      Publié par David Osmay | 03/06/2013, 09:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :